PICM : des remerciements pour son coordonnateur

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

11 juillet 2019 - Sergent Geraldo J. Mateus Jr, Armée du Brésil

C’est en 1966 que des militaires canadiens ont commencé à venir à la Garnison Saint-Jean pour apprendre le français ou l’anglais. Depuis 1995, le Détachement Saint-Jean de l’École de langues des Forces canadiennes (Dét Saint-Jean ÉLFC) y accueille des militaires étrangers au sein du Programme d'éducation et de coopération militaires (PICM). Ils profitent d’un enseignement de qualité et ont l’opportunité de côtoyer des militaires inspirants, comme l’adjudant Martin Pelletier. 


Il convient de noter que l'enseignement des langues aux militaires au Canada existe depuis 1951, mais auparavant, l’enseignement s’effectuait dans trois écoles différentes, chacune encadrée par leur élément respectif. Au cours des années 1960, l'Armée canadienne, la Marine royale canadienne et l'Aviation royale canadienne ont été soumises au processus d'unification de diverses structures. C'est à partir de cette synthèse que les Forces armées canadiennes (FAC) ont été créées, de même que l'ÉLFC.


L’adjudant Martin Pelletier. (Photo : courtoisie)

Fin 1995, grâce à l'intégration de l'ÉLFC et du Programme d'éducation et de coopération militaires (PICM), les premiers étudiants étrangers ont achevé leurs cours de langue dans le nouveau département de la Division étrangère de l'ÉLFC. Depuis lors, plus de 4 000 militaires et civils ont été formés, provenant de 40 pays et de quatre continents. 

Actuellement, au sein de la Division étrangère, deux cours longue durée ont lieu : le cours de français et le cours d’anglais. Ils sont proposés chaque année et sont d’une durée totale de 19 semaines chacun. Il y a aussi un cours d’anglais courte durée, de 10 semaines. Le corps étudiant se compose de civils, d'officiers et de militaires du rang, dont plus de 90 % sont des officiers occupant pratiquement tous les grades. 
Une équipe dévouée 

Le travail monumental de cette division est effectué par un groupe de fonctionnaires civils qui assurent l’enseignement, et par un groupe militaire ayant des fonctions relatives au personnel, à la logistique, à la planification et à la discipline. 

La coordination du PICM est assurée par un adjudant expérimenté. Celui-ci est chargé de veiller à ce que tout se passe bien pour les quelque 80 étudiants étrangers originaires de plus de 30 pays. Depuis 2015, c’est l’adjudant Martin Pelletier qui assure cette fonction. Les défis auxquels il est confronté ne sont pas une nouveauté pour lui, compte tenu de sa carrière de fantassin. Cette fonction comporte aussi pour lui un volet diplomatique. 

Considérant le nombre de personnes qui y travaillent, la Division étrangère de l'ÉLFC ressemble à une compagnie d'infanterie, comme au sein des FAC. Les militaires portant le grade d’adjudant, en plus d’assumer des fonctions de chef, peuvent agir à titre de commandant, de commandant adjoint de peloton de qualification des recrues, d’instructeur des armes, et/ou assurer la formation de base des élèves-officiers. Ils peuvent également exercer une fonction de supervision, d’aviseur ou de conseiler du commandant. Pendant ses diverses fonctions, le coordonnateur du PICM a le devoir de surveiller la discipline, l’administration de l’équipement, les dossiers et le budget.

Pour conclure, il est certain qu'il est très enrichissant d'échanger des expériences avec des militaires d'autres pays et, en particulier, avec un militaire comme l’Adj Pelletier. Il a beaucoup d'expérience dans ce travail comportant de hautes responsabilités. Sachant qu'il a été muté et qu'il fait maintenant ses adieux au Dét Saint-Jean ÉLFC, il faut, au nom de tous les étudiants actuels, le remercier pour son excellent travail et lui souhaiter plein succès pour sa prochaine mission.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.