De l’ombre à la lumière

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

11 juillet 2019 - Yves Bélanger, Servir

Il ne faut jamais baisser les bras lorsqu’un obstacle se met sur notre route. Le sous-lieutenant Taylor Bent, qui a complété sa formation à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes le 4 juillet, en est le parfait exemple. Repartie de zéro après avoir contracté un virus au cours de sa septième semaine de formation, la militaire a pu se remettre sur pied, revenir plus forte qu’avant et même recevoir le trophée de la meilleure athlète féminine de son peloton lors de sa cérémonie fin de cours.

Le nouvel officier avoue avoir vécu difficilement le fait de devoir stopper sa formation en février. « Cela a grandement affecté mon moral. En plus, ce virus m’a usée. J’étais constamment fatiguée et faible. » Elle a trouvé particulièrement pénible d’assister à la cérémonie de fin de cours de son peloton d’origine. « J’avais du mal à accepter que ma carrière devait être mise en veilleuse. »
Deux semaines plus tard, les médecins l’ont déclarée apte à rejoindre un peloton.


Le sous-lieutenant Taylor Bent, posant fièrement en compagnie de sa mère, Michèle Bent, aux côtés du trophée de la meilleure athlète féminine. (Photo : Christian Jacques - ELRFC)

Malheureusement pour la jeune femme, il lui a toutefois fallu attendre presque deux mois avant de pouvoir réintégrer un peloton, car aucun cours ne commençait. Cela a été un mal pour un bien puisque l’équipe des Programmes de soutien du personnel (PSP) l'a inscrite au Programme de retour à l’entraînement. 

À partir de ce moment, elle a passé beaucoup de temps au gymnase de la garnison. « Il le fallait, car mon score au test FORCE initial n’était pas bon. » Elle a donc commencé à s'entraîner trois heures par jour. « Ces séances de gym sont devenues mon salut. Le personnel des PSP a été extraordinaire. Ils ont développé des programmes adéquats pour moi qui ont été fort bénéfiques. »

Elle explique que son travail avec les moniteurs de conditionnement physique l’a complètement revitalisée. « Ces spécialistes m'ont permis de voir ce moment comme une opportunité. Ils avaient raison. Je me sens actuellement en meilleure santé, chose que je n’avais pas ressentie depuis longtemps. »

Le Slt Bent a enfin pu reprendre place dans un peloton il y a une dizaine de semaines et savourer sa victoire le 4 juillet dernier. « Je n’aurais jamais imaginé remporter le prix de la meilleure athlète féminine de mon peloton. Je crois sincèrement que cela n'aurait pas été possible sans le temps passé au Programme de retour à l’entraînement. » 

Un programme adapté

Le Programme de retour à l’entraînement vient en aide aux candidats de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes qui doivent se remettre d’une maladie ou d’une blessure ou tout simplement qui n’ont pas réussi à passer leur test FORCE. En collaboration avec ceux-ci, les moniteurs des Programmes de soutien du personnel créent un plan d’entraînement spécifiquement adapté aux besoins de chacun. Le but de ce programme est de permettre aux candidats de réintégrer le plus rapidement un peloton, et ce, de façon sécuritaire.
  
Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.

Un peu plus de lecture sur l'École de leadership et de recrues des Forces canadiennes ?

- 55  pompes pour ses 55 ans : le capitaine Serge Bertrand
- Une histoire de famille : le soldat Nicky Pelletier (2019-06-19)
- Un exemple de courage et de résilience : le trophée Cplc Jody Mitic souligne les performances des candidats au tir (2019-03-27)