25 chandelles pour le Camp OKPIAPIK

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

11 juillet 2019 - Yves Bélanger, Servir

Du 27 juin au 3 juillet, près de 280 Rangers juniors canadiens (RJC) méritants des 35 communautés éloignées et isolées du Québec étaient au Centre d’entraînement des Cadets de Valcartier afin de participer à la 25e édition du Camp OKPIAPIK.

Lors de l’ouverture du camp, le lieutenant-colonel Benoit Mainville, commandant du 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (2 GPRC) et commandant du camp, a rappelé que cet événement annuel encourage un échange formateur entre les jeunes Cris, Inuits, Innus, Naskapis, francophones et anglophones, des quatre coins de la province. « ? Depuis 25 ans maintenant, le 2 GPRC offre à des Rangers juniors canadiens de 12 à 18 ans de nos 35 communautés isolées et éloignées du Québec une chance de participer à des activités stimulantes durant l’été afin d’encourager leur curiosité, élargir leurs horizons, alimenter leurs rêves et leur permettre d’aspirer à tout ce qui leur est possible. »


Le Ranger junior canadien Aliva Weetaltuk, de la patrouille de Kuujjuarapik. (Photos : caporal Rebecca Garand – 2 GPRC)

Au cours de cette semaine spéciale, les participants ont été installés sur trois sites selon leurs intérêts, expérience et âge : SIP de Base (Valcartier), Avancée (Saguenay) et Leadership (Sherbrooke). Au quotidien, le leadership est pris en charge par des RJC-cadres, ce qui leur permet de parfaire leur leadership tout en recevant le soutien et les conseils de Rangers et d’instructeurs. 
 
Un bel apprentissage

Le RJC Aliva Weetaltuk, de la patrouille de Kuujjuarapik, indique que ce camp est une belle opportunité pour acquérir des connaissances et une expérience de vie dont il pourra faire usage une fois de retour dans sa communauté. Celui-ci est patrouilleur depuis cinq ans. « Mon activité préférée dans le programme des RJC est celui d’Arbre en arbre. J’adore les activités extérieures qui me permettent de prendre de l’air frais. »

Le sergent Elena Nasuak, de la patrouille de Puvirnituq, soutient pour sa part qu’elle adore le programme des RJC parce qu’il lui permet de pratiquer des activités sportives. « C’est bon pour la santé et c’est amusant. » La jeune femme qui est RJC depuis cinq ans souhaite effectuer un travail de premier répondant.


Le sergent  Elena Nasuak, de la patrouille de Puvirnituq.(Photos : caporal Rebecca Garand – 2 GPRC)

Invitée d’honneur de ce 25e Camp OKPIAPIK, le brigadier-général Jennie Carignan, commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est), a tenu à féliciter les participants « Ce camp donne l'occasion à des jeunes de 35 communautés des quatre coins du Québec de développer leurs habiletés en leadership par le biais d'activités dynamisantes et d'échanges culturels stimulants. »
  

Petit harfang


Le Camp OKPIAPIK, qui signifie petit harfang en inuktitut, est la session d’instruction de perfectionnement estivale offerte aux Rangers juniors canadiens (RJC) méritants. Cette activité majeure du calendrier du 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens favorise un échange interculturel entre les RJC et encourage l’ouverture d’esprit et la découverte d’autres régions. 
  
Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.

Sur les Rangers et les Rangers junior

- Les Rangers canadiens débarquent à Unamen-Shipu (2019-04-25)