Il obtient sa place au National de culturisme

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

19 juin 2019 - Yves Bélanger, Servir

Bien qu’il n’ait débuté la compétition qu’il y a trois ans, le caporal Eimen Ben Messaoud, du 41e Centre des services de santé des Forces canadiennes à Saint-Jean, a terminé en première position dans la catégorie Hommes physique classique type C lors du Québec Open 2019 qui a eu lieu les 8 et 9 juin, à Laval. Il a ainsi obtenu son billet d’entrée pour le National qui se tiendra en 2020.

Le militaire explique que c’est à l’âge de 15 ans qu’il a commencé à s’entraîner. « J’étais un grand admirateur de films d’action et je souhaitais ressembler à mes héros, notamment à Arnold Schwarzenegger. »
De plus en plus de gens lui indiquaient qu’il avait le physique tout indiqué pour participer à des championnats de culturisme. « À force de m’en faire parler, cela a commencé à m’intéresser. J’ai pris le temps de réfléchir et j’ai finalement décidé de me lancer. » 


Le caporal Eimen Ben Messaoud. (Photo : courtoisie)

Il s’est immédiatement trouvé un entraîneur, Daniel Jouhannet,  pour le soutenir et l’aider à atteindre son but, celui de se retrouver dans les premiers rangs de sa catégorie. « Quand on se lance dans ce type de compétition, ça nous prend quelqu’un qui va nous motiver et nous pousser toujours plus loin. »

C’est en 2016 que le Cpl Ben Messaoud est monté sur les planches pour la première fois dans le cadre d’un championnat de culturisme. Il s’est rapidement classé parmi les meilleurs de sa catégorie. « C’est un peu normal, cela faisait plus de 16 ans que je m’entraînais. Je n’étais pas un petit nouveau qui débute dans ce milieu », soutient-il.

Un mode de vie

Faire du culturisme est plus qu’une activité sportive, c’est littéralement un mode de vie. « L’entraînement physique est continuel et je dois, la majorité du temps, calculer tout ce que je mange. Heureusement, ma conjointe Daisy Estrada est d’un grand soutien. C’est elle qui prépare les repas et qui mesure au gramme près tout ce qui se retrouve dans mon assiette », indique-t-il en précisant que lorsqu’il ne se prépare pas pour un championnat, il se donne à l’occasion la permission de déroger un peu de son menu.


Le caporal Eimen Ben Messaoud en compagnie de sa conjointe, Daisy Estrada, lors du Championnat provincial de culturisme. (Photo : courtoisie)

Pour en arriver à remporter la première place, le Cpl Ben Messaoud effectue également, matin et soir, 45 minutes de cardio. De plus, cinq fois par semaine, il consacre 180 minutes à la musculation. 
Mesurant 6,3 pieds (1,92 m), il explique qu’il doit mettre les bouchées doubles pour faire ressortir ses muscles lors des compétitions. « Plus on est grand et moins nos muscles paraissent gros. Il faut donc travailler plus fort. »

En général, le militaire pèse 245 livres (111 kg ). Quelques semaines avant une compétition, un régime strict lui fera éliminer toutes les graisses. « Habituellement, lors d’un championnat, je pèse environ 210 livres (95 kg). » L’athlète est conscient qu’une telle perte de poids en peu de temps n’est pas idéale pour la santé. C’est pour cela qu’il ne s’impose pas plus de deux compétitions par année. « Tout est une question de modération. En étant raisonnable, je pense qu’il y a moyen de participer à des compétitions sans hypothéquer notre santé. »

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.