Au boulot en uniforme

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

19 juin 2019 - Yves Bélanger, Servir

Dans le cadre de la Journée des Forces armées canadiennes (FAC), les militaires réservistes et ceux de la Force régulière ont été encouragés à porter leur uniforme dans les lieux publics le lundi 3 juin.

Instaurée en 2002 par le premier ministre Jean Chrétien, la Journée des Forces armées canadiennes est célébrée annuellement le premier dimanche de juin. Cette année, pour souligner l’événement, les militaires étaient encouragés à porter leur uniforme que ce soit au travail, à l’école ou pour vaquer à leurs occupations quotidiennes.


Le caporal Éric Mayo est réserviste au sein du 34e Bataillon des services et travaille comme rédacteur technique chez Pratt & Whitney Canada. (Photo : courtoisie)

Le major Jean-Pierre Coulombe, officier des Affaires publiques principal au Quartier général de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est) soutient, dans un communiqué de presse, qu’il s’agit d’une occasion de rendre hommage aux militaires qui servent ou ont servi fièrement au Canada et à l’étranger, ainsi qu’à leurs familles. « Le Canada continue de se classer parmi les pays les plus forts et les plus sécuritaires au monde, en grande partie grâce aux sacrifices des soldats, marins et aviateurs qui représentent notre pays avec fierté et professionnalisme. »

Fierté

Le caporal Éric Mayo est réserviste au sein du 34e Bataillon des services depuis cinq ans. Rédacteur technique chez Pratt & Whitney Canada, il a décidé à 52 ans de se joindre aux FAC. 
Le 3 juin dernier, il était de ceux qui ont porté l’uniforme dans leur milieu de travail civil. Il explique que son employeur s’est montré très ouvert au fait qu’il puisse venir travailler en tenue de combat. « J’ai la chance de travailler pour une entreprise qui comprend bien le rôle des FAC. Lors de catastrophes naturelles telles que les récentes inondations, elle n’a pas hésité à libérer ses employés réservistes pour qu’ils puissent rejoindre leurs unités déployées dans les municipalités touchées et donner un coup de main. »

Le Cpl Mayo était fier de rentrer au travail le lundi 3 juin vêtu de son uniforme. « C’était spécial. Mes collègues me souriaient et certains me regardaient avec des étincelles dans les yeux. » 
Il est entre autres content de constater que les Québécois apprécient le travail des militaires. « C’est bien, parce que depuis quelques années, la mentalité face aux FAC évolue positivement ici. Les gens comprennent de plus en plus notre rôle », conclut-il.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.