Soutenir les militaires en mission

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

5 juin 2019 - Yves Bélanger, Servir

Chaque fois que des militaires sont déployés en mission à l’étranger où dans le cadre d’une opération en sol canadien tel que la récente Opération LENTUS, des aumôniers les accompagnent. Le but de ceux-ci est entre autres de s’assurer que le moral soit conservé au sein des troupes.

Le padre (capitaine) Gary Karamanoukian explique que tout au long de ce type de déploiement, les militaires sur le terrain doivent faire face à toutes sortes de situations et que cela peut devenir lourd du point de vue psychologique. « Quelquefois, certains doivent faire face à la déception des citoyens quand ils ne peuvent pas intervenir pour les aider, car ils doivent se concentrer sur les ordres qui leur ont été donnés. Il n’est pas toujours facile non plus de voir le découragement des gens sinistrés. D’autres trouvent difficile d’être loin de leur famille. Ils savent que les padres sont là pour les écouter s’ils ont besoin de ventiler. »


Le padre (capitaine) Gary Karamnoukian.

Un premier déploiement

Pour le padre Karamanoukian, récemment arrivé à la Garnison Saint-Jean, sa participation à l’Opération LENTUS était bien spéciale puisqu’il s’agissait pour ce réserviste du The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada d’un tout premier déploiement. 

Pasteur baptiste, le padre Karamanoukian a décidé de s’enrôler dans la Réserve en janvier 2018. Il explique que c’est au moment où il a effectué des études en théologie qu’il a appris à mieux connaître le milieu militaire. « C’est là que j’ai fait la connaissance du lieutenant-colonel (ret) Jean Zoellner qui a servi comme aumônier militaire dans la Réserve de l’Armée canadienne de 1991 à 2015. À force de discuter avec lui, l’idée de me joindre aux Forces armées canadiennes a commencé à faire son chemin. Après plusieurs mois de réflexion et de discussion avec ma femme et mes quatre enfants, j’ai fait le grand saut. » Il y a quelque temps, il s’est joint à l’équipe de l’aumônerie de la Garnison Saint-Jean. 

Expérience enrichissante

Le padre Karamanoukian explique qu’il a été déployé sur l’Opération LENTUS une dizaine de jours après le début des inondations. « Je suis entre autres allé sur les sites de Rigaud, de Gatineau et de Montréal. » Il n’était donc pas sur place lors des moments les plus intenses de l’opération. « J’étais au nombre des militaires de la deuxième vague de déploiement, ceux qui étaient en attente pour le rétablissement des infrastructures municipales telles que les stations de pompage, les usines d'épuration d'eau, les mairies et les routes principales. »

Il a toutefois pu voir l’efficacité des troupes militaires dans le cadre de telles opérations. « J’ai pu constater à quel point la présence des troupes est essentielle dans ce type de situation. Nous avons l’équipement nécessaire pour faire face à de telles situations. » Il avoue avoir adoré travailler auprès des militaires occupant des postes d’ingénieurs, de mécaniciens et de les voir à l’œuvre. « Cela m’a donné la chance de vivre une expérience incroyable et de bien me préparer si je suis déployé un jour à l’étranger. Cela m’a aussi confirmé que j’avais fait le bon choix de me joindre aux Forces armées canadiennes. »

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.