Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

CLICK HERE TO ACCESS THE ENGLISH VERSION

8 mai 2019 - 
Brigadier-général Jennie Carignan, Commandant, 2e Division du Canada

Durant la semaine du 20 au 24 mai, nous célébrons la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones, une bonne occasion de se pencher sur la signification de cet événement au sein de la 2e Division du Canada.


La contribution des personnes autochtones au sein des Forces armées canadiennes (FAC) est très significative et elle ne date pas d’hier. En effet, chaque fois que ça s’est avéré nécessaire, les Autochtones se sont portés volontaires pour servir les intérêts du Canada ici et à l’étranger. Pour ce faire, ils ont su surmonter des obstacles de taille, dont l’adaptation à une culture et une langue différentes. Permettez-moi de souligner quelques contributions remarquables des Inuits, des Métis et des membres des Premières Nations au sein des FAC lors de conflits majeurs. 


Un Ranger canadien enseigne à des membres du 12e Régiment blindé du Canada à construire un igloo pendant l’exercice GUERRIER NORDIQUE 2019, à Resolute, au Nunavut. (Cvr Marc-André Leclerc, Affaires publiques 5 GBMC )


Dès la guerre de 1812, plus de 10 000 Autochtones ont résisté aux efforts de l’expansion américaine. Au Canada, la guerre s’est joué sur trois fronts majeurs : tout près de nous dans la vallée du Saint-Laurent, dans la région du Niagara et à l'ouest des Grands Lacs.  Sur chaque front, les guerriers autochtones ont joué un rôle prépondérant en contribuant à repousser les forces américaines. 

Près d’un siècle plus tard, plus de 4 000 autochtones ont participé à la Première Guerre mondiale afin de défendre les valeurs canadiennes de liberté, de paix et de démocratie.  Dans certaines communautés, comme la bande Head of the Lake en Colombie-Britannique, tous les hommes de 20 à 35 ans se sont enrôlés. Pas moins de 50 d’entre eux ont été décorés pour reconnaître leur bravoure sur le champ de bataille. Par exemple, en novembre 1917, pendant qu’il servait au front dans le Pas-de-Calais, en France, le sergent Frank Narcisse Jérome tient sa position sous feu ennemi et il contribue à neutraliser des attaques de l’ennemi. Pour cela, la Médaille militaire1 lui est décernée. Le Sgt Jérome est parmi les 38 Canadiens à recevoir deux barrettes de la Médaille militaire en reconnaissance des gestes de bravoure sous feu ennemi.  

D’autre part, durant la Deuxième Guerre mondiale, quelque 3 000 Autochtones se sont enrôlés et ont participé à toutes les batailles et campagnes majeures. Quelque 17 d’entre eux ont été reconnus pour leur bravoure, dont Huron Brant, un Mohawk de l’Ontario, qui a obtenu la Médaille militaire pour son dévouement lors des combats en Sicile. Par ailleurs, Mary Louise McLeod, de Neyaashiinigmiing, Première Nation Chippewas de Nawash, a été nommée Mère nationale de la Croix du Souvenir de 1972. Son conjoint John, un Ojibwa, a servi le Canada durant les deux guerres mondiales. Sept de ses enfants, six garçons et une fille, se sont enrôlés pendant la Deuxième Guerre mondiale ; deux d’entre eux n’en sont jamais revenus. 

Plus récemment, le caporal-chef Kristal Lee-Anne Giesebrecht, une adjointe médicale membre des Mohawks de la baie de Quinte, a perdu la vie au combat en Afghanistan en 2010. Elle a reçu la Médaille du sacrifice à titre posthume.

Les contributions des membres autochtones aux FAC sont extraordinaires. En effet, le courage, le dévouement, les sacrifices et les accomplissements des membres autochtones au fil du temps demeurent une source intarissable de fierté et d’inspiration pour nous tous. Il est clair que nos objectifs et nos sacrifices communs sur les champs de bataille ont noué entre nous de puissants et profonds liens de sœurs et frères d’armes. Je me réjouis que la 2e Division du Canada (2 Div CA) compte dans ses rangs plusieurs Autochtones ; d’ailleurs,  plus 65 % du 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens sont de fiers Inuits, Innus, Naskapis ou Cris.

Le programme CARCAJOU, qui a été lancé l’automne dernier, nous permet de continuer à tisser des liens solides avec les peuples autochtones. Ce projet collectif et rassembleur permet aux Autochtones de vivre une expérience militaire qui respecte et célèbre leur riche patrimoine. Le programme CARCAJOU est une occasion unique qui permet aux participants autochtones de développer leur plein potentiel dans le respect et l’authenticité des coutumes et des traditions autochtones.

Les membres des communautés autochtones amènent une grande richesse  - culturelle, intellectuelle et spirituelle - au sein de la 2 Div CA. Je suis convaincue que la diversité est un de nos plus grands atouts collectifs. Ensemble, nous sommes plus forts, plus résilients et en meilleure posture pour générer une force polyvalente, apte au combat dans des opérations simultanées afin de faire face à un monde de plus en plus complexe.

1 - Créée en 1916, cette médaille est décernée en reconnaissance d’un ou de plusieurs actes de bravoure. Quelque 13 500 Médailles militaires, 848 premières barrettes et 38 deuxièmes barrettes ont été décernées à des Canadiens (https://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/medals-decorations/details/53)

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.
 

Indigenous Awareness Week


Brigadier-General Jennie Carignan, Commander, 2 Canadian Division

During the week of 20 -24 May, we celebrate Indigenous Awareness Week, which is a good opportunity to reflect on the significance of this event within the 2nd Canadian Division.


The contribution of Indigenous persons to the Canadian Armed Forces (CAF) is very significant and long-standing: whenever necessary, Indigenous people have volunteered to serve Canada's interests at home and abroad. To do so, they overcame tremendous obstacles, including adapting to a different culture and language. Allow me to highlight some of the remarkable contributions of Inuit, Métis and First Nations members within the CAF in major conflicts. 


The CARCAJOU program, which was launched last fall, allows us to continue to build strong relationships with Indigenous peoples.  (Photo : 2 Div CA)


Beginning with the War of 1812, more than 10,000 Indigenous people resisted the efforts of American expansion. In Canada, the war was fought on three major fronts: very close to home in the St. Lawrence Valley, in the Niagara region and west of the Great Lakes.  On each front, Indigenous warriors played a leading role in helping to repel American forces. 

Nearly a century later, more than 4,000 Indigenous people fought in the First World War to defend Canadian values of freedom, peace and democracy. In some communities, such as Head of the Lake Band in British Columbia, all men aged 20 to 35 enlisted. No fewer than 50 of them were decorated to recognize their bravery on the battlefield. For example, in November 1917, while serving at the front in Pas-de-Calais, France, Sergeant Frank Narcisse Jérome held his position under enemy fire and helped neutralize enemy attacks. For this, he was awarded the Military Medal.1 Sergeant Jerome was one of 38 Canadians to receive two Military Medal bars in recognition of acts of bravery under enemy fire.  

In addition, during the Second World War, some 3,000 Indigenous people enlisted and participated in all major battles and campaigns. 17 of them were recognized for their bravery, including Huron Brant, a Mohawk from Ontario, who was awarded the Military Medal for his dedication in the fighting in Sicily. Mary Louise McLeod, of Neyaashiinigmiing, Chippewas of Nawash First Nation, was named National Memorial Cross Mother in 1972. Her husband John, an Ojibwa, served Canada in both World Wars. Seven of her children, six boys and one girl, enlisted during the Second World War; two of them never returned. 
More recently, Master Corporal Kristal Lee-Anne Giesebrecht, a medical assistant member of the Mohawks of the Bay of Quinte, lost her life in combat in Afghanistan in 2010. She was posthumously awarded the Sacrifice Medal.

The contributions of Indigenous members to the CAF are extraordinary. Indeed, the courage, dedication, sacrifices and achievements of Indigenous members over time remain a perpetual source of pride and inspiration for all of us. Clearly, our common goals and sacrifices on the battlefields have forged powerful and deep bonds of sisters- and brothers-in-arms between us. I am delighted that the 2nd Canadian Division (2 Cdn Div) has several Indigenous people in its ranks; moreover, more than 65% of the 2nd Canadian Ranger Patrol Group are proud Inuit, Innu, Naskapi or Cree.

The CARCAJOU program, which was launched last fall, allows us to continue to build strong relationships with Indigenous peoples. This collective and unifying project provides Indigenous people with a military experience that respects and celebrates their rich heritage. The CARCAJOU program is a unique opportunity for Indigenous participants to develop their full potential while remaining true to authentic Indigenous customs and traditions.

The members of Indigenous communities bring great cultural, intellectual, spiritual wealth to the 2 Cdn Div.  I am convinced that diversity is one of our greatest collective assets. Together, we are stronger, more resilient and in a better position to create a versatile, combat-ready force in concurrent operations in order to deal with an increasingly complex world.

1 - Created in 1916, this medal is awarded in recognition of one or more acts of bravery. Some 13,500 Military Medals, 848 first bars and 38 second bars were awarded to Canadians (https://www.veterans.gc.ca/eng/remembrance/medals-decorations/details/53)