Apprendre à sauver des vies

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

8 mai 2019 - Yves Bélanger, Servir
 
Récemment, une formation de premier répondant médical niveau 1 a été offerte à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC). Six candidats et trois instructeurs de premiers répondants de la section Premiers soins y ont pris part.
 

Le capitaine Christopher Simm, de l’ELRFC, explique que cette formation était d’une durée de 40 heures et que les participants ont dû consacrer un minimum de 15 à 20 heures de préparation académique à la maison. « L’objectif de cette formation était d’apprendre à intervenir lors de situations d’urgences traumatiques et médicales. »


Le caporal-chef Jeffrey Boyd et le caporal-chef Donovan Linge, participants au cours de premiers répondants et instructeurs en premiers soins à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, mettant en application les notions apprises au cours de la semaine de formation. (Photo : ELRFC)

Les sujets suivants abordés au cours de la semaine portaient entre autres sur l’application du collet cervical et de la planche dorsale, l’utilisation du matelas mobilisateur, le retrait adéquat d’un casque de moto et la manipulation de  l’appareil d’extraction de véhicule KED. « Le triage et la réanimation cardiorespiratoire (RCR) à deux sauveteurs pour des patients regroupant tous les groupes d’âge, la manipulation de l’appareil de succion de type V-VAC, la pose de canule ainsi que l’administration de l’oxygène étaient également au programme. »

Des scénarios réalistes

Tout au long de cette semaine, plusieurs scénarios pratiques ont permis aux participants d’appliquer les techniques enseignées. « Par exemple, un des scénarios a permis de répéter les procédures à suivre lorsque survient un incident impliquant plusieurs victimes et que certaines d’entre elles ont des blessures pouvant mettre leur vie en danger. » 

À la fin de la semaine, les participants ont pu évaluer leurs acquis en effectuant un examen théorique qui a été suivi d’une évaluation pratique. « Celle-ci s’est déroulée avec des patients maquillés afin d’accroître le réalisme de la simulation d’un accident. Elle a permis également aux candidats de mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, sous pression, dans un environnement dynamique et stressant. »
Le Capt Simm termine en soutenant que tous les participants ont réussi leur examen. « Ils nous ont dit qu’ils se sentent maintenant mieux outillés pour aider à sauver et préserver des vies. »

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.