De retour de Boston

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

25 avril 2019 - Yves Bélanger, Servir

Le major David Simpkin, du Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean), qui participait pour la deuxième année consécutive au Marathon de Boston, le 15 avril, a atteint son objectif, celui d’effectuer les 42 kilomètres du parcours en moins de trois heures. 

Pour ce dernier, cette épreuve était une excellente préparation en vue des Jeux militaires mondiaux qui auront lieu en Chine cet automne et auxquels il représentera le Canada en triathlon. Membre de l’équipe de triathlon du Conseil international du sport militaire (CISM) depuis 2012, il aime participer aux épreuves de course à pied en début de saison pour bien se préparer. 


Le major David Simpkin, du Collège militaire royal de Saint-Jean, au Marathon de Boston. (Photo : courtoisie)


Cette année, il explique qu’il a toutefois été très difficile pour lui de se préparer pour Boston, car il n'a eu que huit semaines pour s’entraîner. « Il est très difficile d'équilibrer un horaire de travail chargé, une vie de famille et un entraînement efficace. »

Au cours de ce marathon, le militaire a choisi d’y aller avec un rythme de course régulier tout au long des 42 km. C’est ce qui lui a permis de terminer le parcours sans s’infliger de blessure ou s’épuiser. « En général, plusieurs coureurs frappent un mur après une trentaine de kilomètres et à Boston, ce mur c’est Heartbreak Hill », lance-t-il en faisant allusion au nom donné à la dernière ascension du trajet.

Le Major Simpkin recommande à ceux qui souhaitent participer à un marathon comme celui de Boston de se préparer pendant au moins six mois avec un bon entraîneur. « Un entraînement régulier et constant est nécessaire pour éviter les blessures et réussir à courir cette distance. »

Il termine en remerciant les membres des Programmes de soutien du personnel de la région Montréal ainsi que ses collègues du CMR Saint-Jean pour leur soutien. « Je tiens entre autres à souligner que je n’aurais pas pu participer à l’événement sans la précieuse aide du maître de 1re classe Francis Lauzier, de l’Institut de la profession des armes Adjudant-chef Osside. Il a été d’une grande sagesse tout au long de la fin de semaine et il a été mon chauffeur pour me rendre à Boston. Je devais être de retour au bureau le lendemain de la course et sans lui, je n’aurais pas pu le faire. »

Notons qu’un autre membre de la communauté militaire a participé au Marathon de Boston. En effet, Maxime Brouillard, spécialiste à la Promotion de la santé, était au nombre des coureurs de l’édition 2019. Celui-ci a également réussi à relever ce défi de 42 kilomètres sur un parcours très inégal.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.