Un corps sain sur une planète saine

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

10 avril 2019 - Yves Bélanger, Servir

Manger sainement pour vous et l’environnement, voilà le titre de la dernière conférence offerte par la Promotion de la santé dans le cadre du Mois de la nutrition. Animée par Janika Chartrand, spécialiste de la Promotion de la santé, cette rencontre avait pour but de présenter les différents trucs permettant de mieux s’alimenter tout en réduisant son empreinte écologique.

Pour la spécialiste de la Promotion de la santé, il est important de conscientiser les gens sur les impacts que notre alimentation peut avoir sur la planète. Elle a entre autres parlé des bienfaits de cuisiner soi-même sa nourriture. « On évite les produits et ingrédients artificiels. Également, plus on tend vers des aliments qui n’ont pas été transformés, moins on achète de produits suremballés. » 


Janika Chartrand, spécialiste à la Promotion de la santé, Amira Fayad, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, gagnante d’un abonnement à un panier bio d’une valeur de 500 $, et Étienne-David Fortin, également spécialiste à la Promotion de la santé. (Photo : courtoisie)

Celle-ci a également abordé le sujet des substituts qui peuvent nous permettre de diminuer notre consommation de  viande. « On parle beaucoup depuis des années des effets nocifs qu’ont les mégas élevages sur l’environnement. Il y a plusieurs façons de transformer nos recettes en y remplaçant la viande par des légumineuses ou du tofu. »

Elle ne parle toutefois pas d’éliminer drastiquement la viande de notre alimentation. « Il y a des gens qui adorent le goût de la viande et il ne faut pas qu’ils se privent complètement d’en manger. Ils peuvent toutefois s’assurer d’en consommer moins et de choisir des viandes d’animaux qui sont élevés localement et de façon plus écologique. »

Pour les fruits et les légumes, elle suggère également de choisir des produits biologiques qui sont cultivés dans la région. « Je sais qu’au Québec, il est impensable de manger uniquement des aliments bios et locaux. Mais juste le fait de prioriser ses produits quand ils sont disponibles est déjà un grand pas. »

Bienfaits sur la santé

En plus des bienfaits que les aliments biologiques ont pour l’environnement, ces derniers ont également des répercussions importantes sur la santé. « C’est bien évident qu’éliminer les aliments qui ont été produits avec des pesticides et des engrais de synthèse ne peut qu’être bénéfique pour notre corps. »

En ce qui concerne la consommation de viande, elle a rappelé qu’il est meilleur pour la santé de ne pas manger plus que 500 g de viande rouge par semaine. « Quant aux produits transformés, il ne faut pas oublier qu’ils contiennent régulièrement des ingrédients artificiels qu’il est toujours mieux d’éviter de consommer. »

Pour l’achat des produits transformés, elle conseille entre autres de s’assurer qu’ils contiennent tout au plus cinq ingrédients. « Il faut également qu’on n’y retrouve aucun produit artificiel ou ingrédient ayant des noms compliqués. »

Trois gagnants

Dans le cadre du Mois de la nutrition,  la Promotion de la santé offrait un prix de participation aux gens qui assistaient à l’une des trois conférences offertes aux Garnisons Saint-Jean et Montréal ainsi que dans les locaux de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Est). Trois abonnements à un panier de légumes biologiques, chacun d’une valeur de 500 $ et offerts par Équiterre, ont été remis.

Les gagnants sont Claude Tourville, du service des Opérations du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada, le caporal Nathalie Caya, de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Est), et Amira Fayad, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes.

Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.