Entretien avec le commandant du GS 2 Div CA

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

10 avril 2019 - Édouard Dufour, Adsum

Le Groupe de soutien de la 2e Division du Canada (GS 2 Div CA) a été créé il y aura bientôt 21 ans. L’Adsum s’est entretenu avec le commandant actuel, colonel Stéphane Boucher, pour faire un retour sur l’évolution de cette importante formation.


Le colonel Boucher s'adresse à ses commandants et conseillers concernant les affaires courantes du GS 2 Div CA. Photo : Claude Tourville

Le GS 2 Div CA a bien évolué depuis sa naissance au printemps 1998. Mais sa mission est demeurée la même : mener à bien des opérations de soutien opérationnel, tant institutionnelles que tactiques, afin d’appuyer les unités intégrées et hébergées de la 2 Div CA.

C’est au début des années 1990 qu’a germé l’idée au sein de l'Armée canadienne d'adopter une nouvelle approche pour soutenir ses unités : le développement de « méga bases ». Quatre ans plus tard, les Bases des Forces canadiennes (BFC) de Montréal et de Saint-Jean fusionnent pour former une nouvelle BFC à Montréal qui regroupe les garnisons de Longue-Pointe, Saint-Hubert, Saint-Jean, Farnham et Saint-Bruno. La Base Valcartier se greffe à l’organisation qui prend officiellement le nom de 5e Groupe de soutien de secteur en 1998. Ce n’est qu’en 2013, lorsque le Secteur du Québec de la Force terrestre devient la 2e Division du Canada, que la formation adopte son appellation actuelle, Groupe de soutien de la 2 Div CA.

Aujourd’hui, le GS est constitué d’environ 1 300 employés militaires et civils. À eux tous, ils soutiennent 141 unités, une tâche gigantesque. Bien que son personnel accomplisse plus souvent qu’autrement son travail dans l’ombre, pour le Col Boucher, ils occupent le devant de la scène. « Le Groupe de soutien a toujours accordé de l’importance à prendre soin des gens ! Son centre de gravité est son personnel, autant civil que militaire », affirme-t-il. 

Au cours de sa courte histoire, le GS a été le chef de file de plusieurs projets qui ont connu du succès. Qu’on pense aux diverses améliorations qui ont été apportées, et continuent de l’être, aux services offerts à la communauté militaire. « Nous maintenons nos investissements dans les différents centres de la famille et avons doublé le financement des Programmes de soutien au personnel (PSP) à l’échelle de la province », indique le Col Boucher. Ces allocations budgétaires ont notamment permis d’assurer l’essor du programme de conditionnement physique adapté (CPA) qui aide les militaires blessés à réintégrer le travail.

La régionalisation du Plan sports et loisirs (PSL) est un autre projet que le GS a mené de front. En effet, le commandant a à cœur d’offrir les mêmes avantages proposés par le PSL aux militaires de la Division, qu’ils soient basés à Valcartier, Saint-Jean ou Montréal. « On voit déjà l’impact de cette initiative suite à sa mise en place il y a un an », soutient-il. Les membres du PSL ont maintenant accès à des tarifs concurrentiels pour des activités même si celles-ci se tiennent à l’extérieur de la région où ils habitent. « Un militaire de Valcartier peut donc obtenir des billets à rabais pour aller skier au Mont-Tremblant », ajoute le Col Boucher. 

Parmi les autres projets démarrés par le GS, le Col Boucher se dit content de ce nouveau programme qui permettra l’embauche, à temps plein ou partiel, de 60 étudiants à la Garnison Saint-Jean. Alors que le taux d’emploi au Québec atteint des sommets, l’acquisition de nouveaux talents est un défi auquel le Groupe de soutien n’échappe pas. « Ce programme permet de former de la main-d’œuvre qualifiée et de diminuer les délais administratifs liés au processus d’embauche de la fonction publique », explique le commandant du GS. 

De l’action et des résultats

Le GS 2 Div CA a vécu un peu d’action depuis sa fondation. Au point de vue organisationnel, l’équipe de commandement a dû revoir sa structure à quelques reprises. Le départ du 5e Bataillon des services, qui est maintenant sous le chapeau du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, en est un exemple. Plus récemment, l’une de ses unités, le Service du génie a été absorbé par l’Unité des opérations immobilières, centralisée à Ottawa.

Le Col Stéphane Boucher rappelle aussi que la formation n’a pas été à l’abri des compressions budgétaires au cours des dernières années, l’obligeant à procéder à une réduction considérable de son personnel.
En dépit de la fluctuation des ressources lui étant attribuées, le Groupe de soutien a toujours répondu présent lorsqu’est venu le temps de mener à bien des opérations de soutien opérationnel, tant institutionnelles que tactiques, pour les unités de la 2 Div CA. À l’échelle domestique, la formation a fait ses preuves comme au cours de l’opération LENTUS 17-03 mise sur pied pour lutter contre la crue des eaux au Québec. L’été dernier, le soutien du GS à l’opération CADENCE a été remarqué par toutes les organisations impliquées. 

« L’avenir semble prometteur ! », conclut le Col Boucher. « Le Groupe de soutien livre tout ce qui est dans l’ombre mais essentiel. Son équipe est sa plus grande force ! ». 


Vous aimeriez lire Servir dans son intégralité ? Cliquez sur ce lien pour accéder à la version PDF.