GUERRIER NORDIQUE : face au froid extrême de l’Arctique

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

27 mars 2019 - Yves Bélanger, Servir

Du 2 au 9 mars, les membres du Groupe-compagnie d'intervention dans l'Arctique (GCIA) se trouvaient au Nunavut pour adapter leur savoir-faire militaire aux conditions extrêmes de l’Arctique canadien. Parmi eux, on retrouvait un groupe de réservistes de l’unité The Sherbrooke Hussars et du 2e Groupe de patrouilles de Rangers canadiens (2 GPRC).

L’exercice consistait à retrouver et rapporter à la base les débris d’un satellite militaire s’étant écrasé dans la région de Resolute Bay. Le lieutenant Jean-François Wehrung, des Sherbrooke Hussars, explique que parmi les objectifs de cette mission, il y avait entre autres ceux de maintenir les communications courtes et longues distances en région arctique et de se réapprovisionner. « Les participants ont également appris à tirer avec des armes par temps froid et à évacuer des blessés dans un tel climat. » 


Le caporal-chef Antony Turgeon, de l’unité The Sherbrooke Hussars, lors de l'Exercice GUERRIER NORDIQUE. (Photo : cavalier Hobbs Etheridge)


Le caporal-chef Antony Turgeon, des  Sherbrooke Hussars, qui participait pour la première fois à un exercice nordique, explique que le plus grand défi qu’il a relevé a été de garder le moral de la section dont il était le commandant adjoint, surtout pendant les temps d’attente. « Nous faisions des jeux pour nous obliger à bouger. En plus de nous réchauffer, cela s’est avéré un bon élément de cohésion. »

Il a particulièrement aimé la fin de semaine passée au sein de la population d’Iqualuit lors du voyage de retour. Il a été particulièrement impressionné par la reconnaissance et le respect que la population entretient à l’égard des Forces armées canadiennes. « J’avais une certaine appréhension de travailler en zone arctique, mais grâce à cet exercice, j’ai réellement hâte d’y retourner. »

Le caporal Aaron Saunders, de la patrouille de Rangers de Quaqtaq au Nunavik, en était à son premier exercice GUERRIER NORDIQUE, exercice qu’il a grandement apprécié. Sa mission était d’accompagner les membres du GCIA tout au long de l’exercice et de leur apporter du soutien et son expertise pour qu’ils puissent profiter au maximum de cette expérience. Il assurait également avec les autres Rangers la protection du groupe vis-à-vis des ours blancs. « J’ai été particulièrement heureux de pouvoir travailler avec les Rangers du 1 GPRC. Nous avons échangé des techniques et des procédures tactiques. Par exemple, nous n’isolons pas les abris et les tentes de la même manière. Cela a été vraiment enrichissant pour moi », mentionne-t-il.