Casernier, un métier méconnu

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

27 mars 2019 - Yves Bélanger, Servir

Au sein du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada (GS 2 Div CA), des équipes veillent au bon fonctionnement et à la sécurité des garnisons. Trois caserniers oeuvrent à la Garnison Montréal alors que deux autres effectuent les mêmes tâches à la Garnison Saint-Jean. 


Le caporal Dominic Talbot, le sergent Vincent Tremblay, le caporal Frédéric Favreau et le caporal Alfred Pinkenberg, de l’équipe de caserniers de la Garnison Montréal. Photo : courtoisie

« Notre travail consiste à soutenir la coordination de notre garnison dans la gestion des espaces communs », explique le caporal Andréa Bélanger, casernier à la Garnison Saint-Jean. Elle explique  que les nombreuses salles de conférences, de réunions et de cours sont sous la responsabilité des caserniers qui doivent faire une répartition judicieuse et tenir un registre pointu des différentes demandes. De plus, ce sont eux qui participent à la reconfiguration des espaces de travail lorsque le rôle de ces derniers change ou qu’il y a des mutations de personnels.  « Nous sommes en mesure de faire les différentes corrections en bougeant les partitions selon un plan méticuleux. »

Également, lors des parades de passation de commandement, des activités du jour du Souvenir ou de l’arrivée d’un invité spécial par exemple, ce sont eux qui veillent au succès des cérémonies. « Nous nous occupons de l’installation des équipements nécessaires aux parades et de veiller à ce que les demandes spécifiques liées à la tâche soient accomplies. » 

Le sergent Vincent Tremblay, qui coordonne le travail des caserniers de la Garnison Montréal, ajoute que les caserniers sont aussi chauffeurs attitrés du commandant du Svc Ops, actuellement le lieutenant-colonel Mathieu Dallaire. « Ce dernier est souvent appelé à se déplacer à l’extérieur de la région de Montréal. C’est toujours un membre de notre équipe qui s’assure de le conduire en toute sécurité. » 

Sécurité et prévention

Le sergent Tremblay poursuit en soutenant que la sécurité et la prévention sont au cœur des préoccupations des caserniers. Il est donc important pour les garnisons de prévenir tout événement susceptible de mettre en danger la sécurité des employés. « Chaque année, nous mettons en pratique certains scénarios et simulations afin d’observer la réaction des membres de la garnison. C’est dans ce contexte que nous réalisons, entre autres, une simulation annuelle de tireurs actifs sur nos sites et garnisons. » 

L’une des tâches principales de l’équipe des caserniers est d’assurer l’entretien et le bon état des bâtisses des garnisons. « Lorsqu’un bris est rapporté, qu’une modification doit être apportée ou qu’un besoin spécifique est formulé, mais en dehors de notre champ d’expertise, nous sommes responsables de faire les démarches auprès des services requis », rappelle le Sgt Tremblay. 

Le Cpl Bélanger mentionne qu’elle est également responsable de veiller au bon fonctionnement des extincteurs et des défibrillateurs (DEA). « Nous en effectuons l’inspection afin qu’ils soient toujours prêts et fonctionnels.» 

Avec un mandat des plus diversifié, les caserniers des Garnisons Montréal et Saint-Jean ont aussi pour tâches de contribuer au bon roulement de certains entraînements et opérations des unités. « Par exemple, à la Garnison Montréal, les caserniers prêtent main forte aux unités du GS 2 Div CA pour les exercices annuels au champ de tir (CT). Nous avons la responsabilité de fournir tout le matériel et l’équipement nécessaires : armes, chargeurs, trousses de premiers soins, estafette, boîtes à lunch, munitions. Sans oublier la coordination avec le personnel sur les CT », soutient le Sgt Tremblay. 

Communications

Lorsqu’ils ouvrent leur ordinateur, les employés civils et militaires accèdent à la page d’accueil de la garnison sur laquelle ils oeuvrent. Ce sont les caserniers qui ont pour mandat de configurer cette page. « Nous nous assurons de publier les annonces, les événements à venir, les directives ou tout autre article dont le personnel doit prendre connaissance », raconte le caporal Alfred Pinkenberg, casernier.

À Montréal, l’équipe est aussi responsable de la distribution efficace du courrier et s’assure que les lettres et colis sont ramassés au dépôt central du courrier de la garnison. « Un premier tri est effectué avant la répartition dans les casiers des unités respectives. Les colis sont distribués en personne par un membre de notre équipe aux destinataires », conclut le Cpl  Pinkenberg.