Donner au suivant

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

27 mars 2019 - Yves Bélanger, Servir

Soutenir les familles dont un des membres souffre d’une blessure de stress opérationnel (BSO), telle est la mission de Geneviève Gaudet depuis juillet 2015. Pour celle-ci, qui est retraitée des Forces armées canadiennes (FAC) depuis six ans, ce travail représente une excellente façon de donner au suivant.


Geneviève Gaudet, coordonnatrice de soutien par les pairs familles – Région de la Montérégie pour Soutien social blessures de stress opérationnel. Photo : courtoisie

Coordonnatrice de soutien par les pairs familles – Région de la Montérégie pour Soutien social blessures de stress opérationnel (SSBSO), Geneviève Gaudet a pour mission de soutenir les membres d’une famille qui vivent ou qui ont vécu avec un militaire ou un vétéran souffrant d’une BSO. Cette blessure affecte l’esprit et l’âme de la personne atteinte et elle a de grandes répercussions sur son entourage. « Je ne suis pas une intervenante, mais un pair empathique à ce qu’ils vivent. Mon rôle est de les écouter, les accompagner et les diriger vers les personnes ou intervenants qui pourront les aider. Je coordonne également un groupe de soutien par les pairs, où les participants ont l’occasion d’acquérir des outils pour relever les défis du quotidien et se sentir moins seuls.»

C’est pour cette raison qu’un des principaux critères d’embauche d’un poste comme celui de Mme Gaudet est d’avoir vécu une BSO ou de vivre avec une personne qui en est atteinte. « Pour les personnes qui s’adressent à un service comme le nôtre, il est toujours plus facile de se confier et surtout de faire confiance lorsque la personne en face d’eux a vécu quelque chose de similaire. » La coordonnatrice explique que son conjoint est un vétéran qui souffre d’une BSO.

Mais n’allez pas croire que Geneviève Gaudet rentre parfois au boulot avec certaines appréhensions en raison de la nature des dossiers qu’elle aura à traiter. Au contraire, elle se considère privilégiée de pouvoir venir en aide aux familles qui font appel à ses services. « J’ai la chance d’améliorer concrètement la vie de ces personnes et pour moi, c’est très motivant. »

Au bord du gouffre

Dans la majorité des cas, les gens qui consultent la coordonnatrice de soutien par les pairs sont des familles au bord de l’éclatement, des aidants familiaux qui sont épuisés et qui sont en manque de ressources.  Ils se sentent perdus et seuls. « Ils ont accumulé pendant plusieurs mois et plusieurs années et là, l’élastique est étiré au maximum. »

Le premier objectif est de désamorcer l’état de crise s’il y a lieu. « Ils ont tout d’abord besoin d’être entendus, sans se sentir jugés. C’est une fois qu’on a établi un lien de confiance que l’on peut commencer à les soutenir, que ce soit pour chercher de l’aide ou les diriger vers les ressources appropriées. »

Geneviève Gaudet soutient que les gens qui vivent avec une BSO ou avec une personne qui en souffre devraient dès le départ communiquer avec le SSBSO. « Malheureusement, trop de gens attendent tardivement pour faire appel à nous. S’ils communiquaient avec nous plus tôt, ils pourraient mieux comprendre cette problématique et ainsi mieux s’adapter aux répercussions d’une BSO.»

Garder l’équilibre

Être régulièrement confronté à des situations difficiles peut devenir lourd. C’est pourquoi il est important pour Geneviève Gaudet, et les personnes qui occupent des fonctions similaires, d’être capables de faire la différence entre apporter de l’aide et porter une personne en détresse. « Je suis là pour les aider à voir plus clair dans leur situation et les diriger vers les bonnes ressources. J’ai appris à me protéger, sinon je finirais par tomber moi-même et ne plus être en mesure de faire mon travail adéquatement. »

Les activités sportives et la musique sont d’excellents moyens pour la coordonnatrice de maintenir son équilibre. « Il est essentiel quand on fait ce type de travail d’inclure dans notre routine des moments positifs remplis de plaisir pour se changer les idées et recharger nos batteries », conclut-elle

Se soutenir entre pairs-famille

Une des tâches de Geneviève Gaudet consiste à coordonner le soutien par des bénévoles formés pour le volet famille. Les bénévoles sont des pairs-famille qui ont d’abord été bénéficiaires du programme SSBSO. Ils ont connu les affres d’une BSO.  Ils savent par expérience ce que cela signifie de vivre avec une personne qui souffre d’une BSO. Ils connaissent ce qui peut déclencher une crise chez d’autres et comment les gérer.  Ils comprennent les avantages de sortir de l’isolement, de renouer avec la société. C’est pour cette raison qu’ils veulent aider et donner au suivant.  Dans le cadre fiscal actuel, un cadre de travail bénévole solide est plus que jamais essentiel et important. «Je suis toujours à la recherche de bénévoles parmi les bénéficiaires, car plus nous sommes, plus il y aura de gens soutenus».

Besoin d’aide ?

Les services offerts par SSBSO sont gratuits et confidentiels. 
- soutien par les pairs aux familles dans la région de la Montérégie : Geneviève Gaudet 450 358-7099, poste 2068.  
- soutien à l’extérieur de la Montérégie : 1-800-883-6094 ou www.osiss.ca 



La santé mentale est un sujet qui vous intéresse ? Consultez ces articles que Servir a publiés sur le sujet :
- Penser à soi pour soutenir son proche blessé (14 mars 2019)
- Se faire du bien en sensibilisant ses pairs (27 février 2019)
- Santé mentale : pourquoi j'ai osé demander de l'aide (13 février 2019)
- La santé mentale au sein de la 2e Division du Canada (30 janvier 2019)
- Du soutien émotionnel de toutes sortes  (17 janvier 2019)