Se programmer une vie plus saine

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

14 mars 2019 -Capitaine Charles Cloutier, ELRFC et  Yves Bélanger, Servir

Dans le cadre du mois de la nutrition, des conférences sont offertes par l’équipe de la Promotion  de la santé de la région de Montréal. Le 11 mars, l’adjudant-maître Hugo Asselin, conseiller en ressources humaines militaires pour la 2e Division du Canada et la Force opérationnelle interarmées (Est), témoignait lors celle intitulée Perte de poids : mythes et réalité.

L’Adjum Asselin explique que s’est en assistant à un témoignage qu’il livrait récemment aux participants du Programme À l’assaut des kilos que Carl Coicou, spécialiste à la Promotion de la santé, a fait sa connaissance. « Il a aimé la façon dont j’abordais le sujet et m’a demandé de coanimer avec lui la conférence qu’il comptait offrir le 11 mars à la Garnison Montréal. J’ai accepté avec joie de me joindre à lui. »


Faire les bons choix est devenu facile pour l’adjudant-maître Hugo Asselin. (Photo : courtoisie)

Alors que M. Coicou a abordé les aspects techniques entourant la perte de poids et la saine nutrition, l’Adjum Asselin a pour sa part livré un témoignage personnel concernant le jour où il a décidé de prendre sa vie en main. « Moi, j’étais celui qui mangeait mal, qui fumait un paquet de cigarettes par jour et qui ne pratiquait aucun sport. En 2010, alors que je revenais d’un déploiement en Ukraine au cours duquel j’avais pris 35 livres (16 kg), j’ai décidé qu’il fallait que ça change. » 

Aujourd’hui, il a retrouvé son poids santé et est plus en forme que jamais. Ses principales passions concernent la nutrition, le conditionnement physique et le comportement humain. Son témoignage porte d’ailleurs sur l’importance de la discipline personnelle. « Nous, les militaires, avons été formés pour élever nos standards. Toutefois, comme plusieurs personnes, nous avons tendance à le faire au niveau professionnel, mais nous négligeons le côté personnel. »

Pour le militaire, il est essentiel de reprogrammer notre cerveau si on veut obtenir des résultats à long terme sur notre santé physique. « Ce dernier a la faculté d’oublier rapidement nos bonnes intentions. C’est pourquoi j’explique aux gens l’importance de mettre par écrit le plan d’action personnel qu’ils veulent mettre en place et de le relire régulièrement pour que celui-ci s’enregistre dans leur subconscient. C’est cette partie du mental qui gère nos automatismes de vie. » 

Il termine en parlant de l’importance de modifier notre pensée et de transformer les idéations négatives en quelque chose de positif. « Au début, nous devons forcer notre cerveau à faire ce travail, mais plus on répète l’expérience, plus il finira par le faire de façon inconsciente. »