L’art d’enseigner une langue seconde

 
Le journal de la communauté militaire - Garnison Saint-Jean et région de Montréal Contactez-nous    Format PDF

13 février 2019 - Yves Bélanger, Servir

Nancy Powers est aujourd’hui reconnue comme sommité mondiale dans le domaine de l’évaluation linguistique et est régulièrement invitée par les pays de l’OTAN à former en anglais leurs spécialistes. Récemment, l’Académie canadienne de la Défense lui a remis un certificat de reconnaissance pour souligner l’excellence de son travail. 

Mme Powers travaille à la Garnison Saint-Jean. Elle est chef des tests d’anglais à la Génération du personnel militaire, Programmes de langues depuis plusieurs années. Son principal rôle est de créer des tests avec lesquels il est possible d’évaluer le niveau de compréhension orale, de lecture et d’écriture en anglais pour les militaires canadiens et étrangers qui désirent maîtriser cette langue seconde.


Nancy Powers est chef des tests d’anglais à la Génération du personnel militaire, Programmes de langues. (Photo : Yves Bélanger)

Elle est une véritable passionnée et se dit chanceuse d’occuper un tel poste. « Je travaille avec la meilleure équipe au monde. C’est ce dont j’avais besoin pour m’assurer de conserver les normes internationales établies dans la création de nos tests. C’est grâce à tout cela que nous sommes reconnus à travers le monde. »

Son poste lui a aussi permis de voyager un peu partout sur la planète afin de participer à des ateliers de travail en langue anglaise. « J’ai eu entre autres à me rendre en Macédoine, en République tchèque, en Suède, en Belgique et au Danemark. » L’an dernier, elle s’est également rendue en Suisse pour offrir un cours intensif de trois semaines et elle devrait se rendre en Géorgie prochainement. En 2017, un militaire colombien est venu travailler aux côtés de l’équipe de Mme Powers pendant 10 mois. « Nous l’avons aidé à développer les éléments d’un test de lecture et d’écoute. Cela été une formidable expérience de pouvoir effectuer du mentorat auprès d’un collègue international. Ce genre de collaboration pourrait se poursuivre dans le futur.»
Pour Nancy Powers, ces expériences sont des plus enrichissantes. « J’ai la chance de pouvoir découvrir plein de gens intéressants et de différentes cultures. Je me sens privilégiée d’avoir accès à cela. »

Un projet emballant

Toujours avide d’aller plus loin dans son travail, Mme Powers est actuellement très emballée par un projet dont elle testera la faisabilité d’ici la fin de l’année 2019. Il s’agit d’un nouveau mode d’évaluation de la compréhension qui serait accompagné d’un volet visuel. « J’ai développé ce projet au cours de ma thèse universitaire et je suis persuadée que le fait d’ajouter du visuel permettrait aux étudiants d’assimiler encore plus vite la langue anglaise. »

« Je suis très contente que ma chaîne de commandement ait accepté que nous puissions aller de l’avant avec un groupe test. » Si les résultats obtenus par le groupe d’étudiants qui utiliseront cette méthode sont concluants, il y a de bonnes chances que cette méthode soit intégrée au sein de tous les groupes. « J’ai vraiment hâte de voir les conclusions de cet essai. »