woman exercising
iStock

Se tenir en forme pour rester heureux et en santé

Lorsque la pandémie de COVID-19 a forcé la mise en veilleuse de nombreux sports l’an dernier, elle a créé un vide dans la vie des partisans et des sportifs.
 
C’est particulièrement vrai pour les sports communautaires, où la camaraderie, la compétition et l’activité physique occupaient une place importante dans la vie des militaires et de leurs familles.
 
Il y a encore une place pour le sport dans votre vie
Même si plusieurs sports organisés ne peuvent être pratiqués en raison des consignes sanitaires, il y a toutes sortes d’autres moyens d’intégrer le sport dans sa vie, selon Valérie Savard, gestionnaire supérieure des sports des Forces armées canadiennes, des Services de bien-être et moral des Forces canadiennes.
 
« La clé, c’est de faire une activité physique connexe, » suggère-t-elle.
 
Au lieu de son sport de prédilection, on peut en pratiquer les mouvements et les techniques, soit seul ou avec des membres de son foyer ou de sa « bulle ».
 
« Par exemple, jouer avec une raquette et une balle de tennis. Ça se fait seul, avec un conjoint, contre un mur ou avec les enfants. Les personnes qui ont un chien peuvent l’entraîner à ramener la balle. »
 
« Il y a des tas de choses qu’on peut faire. »
 
On peut travailler sa coordination œil-main en attrapant et en lançant un ballon de basket-ball, ou en courant en driblant. Des exercices de jeu de jambes et de passes avec un ballon de soccer ou une partie de hockey de rue avec les enfants permettent de garder la forme en attendant le retour au jeu.
 
« Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas aller à la patinoire qu’on ne retire pas les bienfaits du sport; il suffit d’intégrer des aspects du jeu à ses activités physiques. Au bout du compte, ne fait-on pas du sport avant tout pour le plaisir? »
 
Sport, activité physique et exercice : tous ont des bienfaits
Le sport, explique Savard, est une activité physique qui comporte des règles et des objectifs et qu’on cherche à maîtriser.
 
L’activité physique, c’est le mouvement que font les muscles squelettiques et qui requiert de l’énergie. C’est très général : lancer, attraper, jouer à la cachette, faire de la raquette, danser et courir en sont des exemples.
 
L’exercice est une catégorie d’activité physique. C’est plus structuré et répétitif : les mouvements sont intentionnels et visent à améliorer ou à maintenir sa forme physique dans un but précis. On peut penser à la musculation ou à l’entraînement cardio.
 
Le sport, l’activité physique et l’exercice ont ceci en commun : ils améliorent la santé mentale, sociale et physique. Un bienfait plus essentiel que jamais en raison du stress et des préoccupations de santé engendrés par la pandémie.
 
« De nombreuses recherches associent le sport, l’activité physique et l’exercice à une hausse du niveau d’énergie et de la productivité », note Savard.
 
« Il est reconnu que le sport aide à gérer et à réduire le stress, la tension, la dépression, l’anxiété et la colère.
 
« Le sport permet également de développer un esprit sain, en favorisant notamment une attitude positive. Il aide à bloquer les pensées négatives et distrait des soucis du quotidien. »
 
Même pendant le confinement, conjuguer activité physique et interaction sociale reste possible, que ce soit avec la famille, des voisins ou des amis proches. On trouve aussi toutes sortes de programmes virtuels qui permettent de socialiser, ajoute Savard.
 
Une journée à la fois
En ces temps difficiles, il est tout à fait normal que la motivation ne soit pas toujours au rendez-vous.
 
« Le plus important, c’est de commencer lentement et d’en faire un peu régulièrement, voire chaque jour », conseille Savard. « C’est en intégrant l’habitude à petites doses qu’on l’inculque et que la motivation se développe grâce au sentiment de réussite. »
 
« Il n’y a pas de médicament ou de recette miracle, malheureusement. Mais un peu d’activité physique tous les jours est une façon de prendre soin de sa santé physique et mentale, et de rester sain d’esprit. »